Recyclage, Cernay Environnement : « Nos déchets d’aujourd’hui, richesses de demain »

02 juin 2014 à 15h32 par Jean-Yves Stollmeyer
De la ferraille aux déchets dangereux, Cernay Environnement et Alsadis sont un acteur majeur de la grande chaîne de recyclage dans l’Est de la France.

« Les déchets d’aujourd’hui sont nos richesses de demain. » C’est cette maxime qui guide Patrick Girardey, président du directoire de Cernay Environnement et d’Alsadis, sociétés familiales nées de l’activité de recyclage de ferraille créée par son grand-père, puis gérée par son père. Aujourd’hui, les deux entreprises – Cernay Environnement pour les déchets banals, Alsadis pour les déchets dangereux – sont un acteur incontournable de la filière du recyclage, intervenant sur l’ensemble du Grand Est.

Rien d’étonnant, alors, que l’écoorganisme Valdelia ait choisi Cernay Environnement et, plus globalement, le réseau Praxy, pour collecter et traiter le mobilier professionnel usagé.

Le triomphe de l’économie circulaire

Depuis son déménagement, de la zone commerciale de la Croisière à la zone industrielle, toujours à Cernay, l’entreprise utilise cinq des neuf hectares de terrain qu’elle a achetés. « Dans le recyclage, la clé, c’est l’espace, afin de bien trier », résume Bastien Cligny, responsable commercial. « Notre métier, c’est une plateforme de tri et un arrêté d’exploitation », reprend Patrick Girardey qui ajoute : « Sans plateforme, vous ne travaillez pas, car notre métier nécessite de démanteler et donc de pouvoir stocker. C’est le principe de l’économie circulaire, conséquence du Grenelle de l’Environnement et qui s’annonce comme la véritable économie de demain, basée sur le recyclage. »

Si les chiffres sont bons, « les temps sont difficiles et il n’est pas simple de tenir les marges », note Patrick Girardey, confronté à une fluctuation des marchés de matières premières parfois importante. « Notre axe de développement a toujours été d’être en mesure de répondre aux besoins. Le produit qui va prendre de plus en plus de place, c’est le plastique », note le chef d’entreprise.


Patrick Girardey, président du directoire de Cernay Environnement et d’Alsadis. Photos Denis Sollier


Le bois réutilisé par Ikea

Sur le site, le recyclage prend tout son sens quand on passe en revue les lieux de stockage sur la plateforme : d’un côté, le bois (4 000 tonnes par an) est broyé et classé en deux catégories : l’une, plus noble, servira à fabriquer des panneaux à particules, notamment à l’usine Ikea à Lure, en Haute-Saône, ou chez Egger dans les Vosges ; l’autre tas servira, lui, de combustible sous forme de copeaux de bois.
 
Plus loin, des cannettes en aluminium, compactées, sont en instance de départ. Elles seront, elles, recyclées dans une usine de production d’aluminium du style Constellium à Biesheim…

Dans un bâtiment construit spécialement, sont stockés, et dûment étiquetés, les déchets dangereux, telles les batteries de voitures…

Encore un peu plus loin, à l’abri des regards mais aussi des voleurs, s’additionnent, bien rangés, les amas de ferraille et autres objets métalliques. « La traçabilité en France est très stricte. C’est pour cela qu’il n’y a plus d’argent liquide dans nos entreprises. Par contre, en Allemagne, n’importe qui peut proposer à un ferrailleur des marchandises et se faire payer en liquide. Ça ne facilite pas la sécurité d’un site comme le nôtre », indique Patrick Girardey, fier des certifications multiples (Iso 9001, 14 001…) qui sont autant de preuves d’une démarche éco-responsable qui compte pour lui. Une preuve également qu’on peut traiter des déchets proprement.


Mobilier professionnel : une nouvelle filière

Valdelia, l’éco-organisme dédié au recyclage des déchets de mobilier professionnel, a organisé récemment une matinée d’information sur cette nouvelle filière.

L’occasion de rappeler que Valdelia prend en charge la collecte et le traitement des DEA Pro sur l’ensemble du territoire national. Une collecte et un traitement qui ne coûtent rien aux professionnels puisque financée, depuis le 1er mai 2013, par une éco-contribution affichée sur le prix de vente de tout mobilier professionnel neuf.

Concrètement, si le lot est inférieur à 2,4 tonnes et 20m3, une entreprise doit apporter les meubles en point d’apport volontaire. Si le lot est supérieur à 2,4 t et 20m3, Valdelia met gratuitement à sa disposition un contenant en pied d’immeuble et fera évacuer les lots.

Des structures telles Emmaüs, Envie, le Réseau Ressourceries, oeuvrant pour le réemploi et la réutilisation du mobilier, pourront, le cas échéant, être destinataires de ces produits.




EN SAVOIR PLUS Sur le site internet www.valdelia.org


Repères

  • Le chiffre d’affaires de Cernay Environnement s’est établi à 13,2 millions d’euros en 2012, contre 12,2 millions en 2011 et 9,83 millions en 2010.
     
  • 18 000 tonnes de déchets banals ont été traitées en 2012, contre 17 000 tonnes en 2011 et 15 000 en 2010.
     
  • Les métaux valorisés ont représenté 27 000 tonnes en 2012, contre 25 500 en 2011 et 25 000 tonnes en 2010.
     
  • Cernay Environnement et Alsadis ont les habilitations pour collecter tous les déchets, sauf les explosifs et les déchets radioactifs.
     
  • 37 personnes sont employées sur le site de Cernay. Deux sont spécifiquement en charge de la qualité sécurité environnement, et notamment de la documentation liée à la traçabilité.
     
  • L’entreprise est l’un des membres fondateurs du réseau Praxy qui rassemble une vingtaine d’entreprises indépendantes. Ce réseau, créé en 1999, permet à l’entreprise un accès aux marchés publics nationaux, jusqu’alors accaparés par les grands groupes.
     
  • 27 tonnes de métaux valorisés et 18 000 tonnes de déchets banals ont été traitées par l’entreprise en 2012.
     
  • La plateforme de tri s’étend sur cinq hectares. « Dans le recyclage, la clé c’est l’espace », explique le dirigeant de la société.



Télécharger l'article complet paru dans le Journal L'Alsace

© L'Alsace - 30 mai 2014 - Laurent Bodin

Commentaires

Soyez le premier à poster un commentaire !

Ajouter votre commentaire

facultatif
facultatif
 
Anti-spam :
Combien font trois moins deux ? (chiffres)